Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Blog de Vincent, coureur ASPTT Paris Jogging
  • Blog de Vincent, coureur ASPTT Paris Jogging
  • : Point de vue d'un passionné de course à pied au travers de ces diverses sorties solo ainsi qu'au sein de son club.
  • Contact

Soutenez la fondation motrice

 

Collecte de vincent lauvergne

 

 

Pour voir le widget, vous devez installer le plugin Flash :

Télécharger le plugin Flash

Vous pouvez aussi accéder directement à la page de collecte

Le Sprotif.com

Signer contre le Barrage en Amazonie

30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 20:57

Après un entraînement certainement trop dur pour moi à ce jour... Le Marathon de Berlin n'aura pas été une réussite puisque j'aurais tout juste réussi à passer sous les 3h50'.

Metz, deux semaines plus tard, même verdict. Les jambes tournent mieux mais c'est l'envie qui manque. 4h16.

Reims, la semaine suivante. Arrêté au 28ème km, réveil de ma pubalgie.

2 Semaines de repos...

Je commence cette semaine par une sortie VMA mardi après midi. 3 Séries de 8 fois 30"/30" sur des sentiers.

Le souffle est là, je me surprends même à pouvoir atteindre les 18 km/h, certes en faux plat descendant.

Il me reste 5 semaines pour éviter un nouvel échec sur la TransMartinique (Traversée de la Martinique de Grand Rivière à Sainte Anne - 133 km - 5250m de Dénivelé +).

Cela me servira de préparation pour le Marathon des Sables en Avril 2014. La recherche de partenaires s'intensifient. Les mois s'écoulent à grande vitesse maintenant.

Repost 0
Published by Vincent - dans Course
commenter cet article
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 06:29

Voici une ébauche de mon programme pour 2013

 

Programme 2013
Date Course Km  
13-janv Cross départemental de Talant   inscrit
19-janv Trail de Mouthe 13  
26-janv Chartreuse Winter Trail 28,5  
03-mars Trail de la Pérouse 25  
09-mars Trail des 3 Chateaux 20 km Nocturne 20  
10-mars Trail des 3 Chateaux 34 km 34  
16-mars 24 heures d'Ay   inscrit
25-mars Transmontagne 27  
31-mars Trail des citadelles 75 inscrit
07-avr Sombernon Alésia 35 Option
14-avr Trail de la Montagne 17,5 Valandro
20-avr Foulée du Lac Kir 10 Challenge de l'Etoile
27-avr L'ardéchoise 98 Option
01-mai Trail du Tacot 26  
04-mai Foulée de St-Jean de Losne 10 Challenge de l'Etoile
05-mai Trail de Savigny les Beaune 25 Valandro
12-mai Trail des forts de Besançon 45 inscrit
26-mai Maxi-race d'Annecy 85  
01-juin UTCO 105 Option
08-juin Marathon Relais des Hautes Côtes   Option
09-juin Trail de Bouilland 16 Valandro
23-juin La Crocofolie 10 Challenge de l'Etoile
27-juin Ultra du Morbihan 177 inscrit
06-juil Trail Verbier Saint Bernard 110 Option
14-juil Trail de Volnay 18 Valandro
21-juil Trail de la vallée de l'ouche 26  
18-aout Trail de la Rochepot 14 Valandro
14-sept Foulée du pont de pierre 10 Challenge de l'Etoile
21-sept Foulée Epleumienne 10 Challenge de l'Etoile
22-sept Alésia Trail 45 Option
29-sept Marathon de Berlin 42,195 inscrit
20-oct Marathon de Reims 42,195 Option
27-oct Trail du bouton d'or 10 Challenge de l'Etoile
03-nov La Chevignoise 10 Challenge de l'Etoile
10-nov La Madone 14  
23-nov La nuit d'or 15  
28-dece Corrida des Lampions 9  
    1257,39  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Vincent - dans Course
commenter cet article
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 07:07

Si il est un sport où les femmes rivalisent avec les hommes, c’est bien la course à pied et plus particulièrement au fur et à mesure que les distances s’allongent.

Qu’est-ce qui explique ce phénomène ?

- Endurance naturelle chez le sexe dit faible ?

- Capacité à endurer la souffrance en raison de son ancestral héritage maternel ?

- Aptitude à gérer les évènements parce qu’ à un vie de femme moderne le nécessite ?

Essayons d’y voir clair , objectivement…

Un peu d’histoire…

1967. Nous sommes au marathon de Boston. Kathy Switzer, déguisée en homme pour pouvoir courir, est obligée d’avoir recours à des gardes du corps improvisés, issus du peloton, pour la protéger des juges qui veulent l’exclure manu militari et l’empêcher de terminer la course. Les femmes n’ont pas le droit de courir un marathon.

Il faut dire que Pierre de Coubertin, lui-même, restaurateur des Jeux Olympiques prétendait qu’une « Olympiade femelle est impensable, impraticable, inesthétique et incorrecte ».

Lorsqu’aux Jeux de 1928 à Amsterdam, les concurrentes du 800 m s'effondrèrent sur la piste sitôt la ligne d'arrivée franchie, la presse fut prompte à critiquer ce spectacle. De l'avis unanime, les femmes ne pouvaient participer sans risque aux épreuves de fond et de demi-fond.

Cette infériorité supposée de la femme tient essentiellement dans des siècles de culture d’une civilisation où elle fut cantonnée à enfanter et à élever ses enfants, quand l’homme chassait, travaillait et guerroyait en faisant preuve de sa force. Cette supériorité musculaire fut longtemps associée à une supériorité dans tous les domaines. On a donc, sur la base de pseudo-arguments physiologiques, fondé l'idée erronée elle aussi que l'endurance de la femme était inférieure à celle de l'homme et ne lui permettait pas de réaliser sans danger pour sa santé, des efforts prolongés.

Il aura fallu attendre encore 56 ans et les Jeux Olympiques de 1984 pour que le marathon féminin devienne une épreuve olympique.

Aujourd’hui, dans certaines épreuves d’ultra endurance, des femmes remportent des courses. Seraient-elles devenues supérieures à l’homme dans ce domaine ?

Quelles différences physiologiques ?

 Les différences physiologiques entre hommes et femmes touchent en priorité les caractéristiques anatomiques et les processus métaboliques. Sous l’influence des hormones sexuelles (progestérone, œstrogène et testostérone) il y a une multitude d’effets à tous les niveaux qui influencent la performance athlétique :

- métabolique,
- cardiovasculaire,
- respiratoire,
- thermorégulatrice.

 La différence de masse grasse entre hommes et femmes adultes (proportionnellement plus élevée pour le sexe féminin) et du taux sanguin en hémoglobine plus faible chez la femme pénalise celle-ci dans les exercices aérobies.
La différence de masse musculaire supérieure chez l’homme grâce aux effets de la testostérone explique l'inégalité du potentiel féminin par rapport au sexe dit fort.

En outre, le corps féminin se prête nettement moins bien aux courses de fond : en moyenne jambes plus courtes, bassin plus large, cœur et poumons plus petits.

En conclusion, au niveau physiologique, il semblerait que la femme soit manifestement inférieure à l’homme. Ce n’est pas sur ce plan que nous trouverons une réponse à notre problématique.

En analysant les facteurs de la performance peut-être trouverons-nous des éléments ?

Quelle différence dans les facteurs de la performance ?

 Rappelons qu’ils sont au nombre de trois :

- La puissance aérobie (la VO2max qui est l’aptitude à la consommation maximale d’oxygène)

- L’endurance aérobie (la capacité à utiliser la plus grande fraction de cette VO2max)

- Le coût énergétique de la foulée

Ces trois facteurs se traduisent dans l’entraînement respectivement par :

- La VMA

-  L’EMA

-  La Vitesse Spécifique

(Je vous invite pour plus de précisions et de détail à lire ou a relire l’excellent ouvrage de votre serviteur « Courir longtemps » qui décrypte en détail ce sujet).

Ainsi, qu’on soit un homme ou une femme, pour améliorer ses performances, on doit augmenter sa consommation maximale d’oxygène, élever sa capacité à courir à la vitesse de son objectif et diminuer son coût énergétique.

La consommation d’oxygène

Chez la femme, le sang transporte moins d'oxygène et il semble bien que c'est par cette différence de consommation d'oxygène que l'on peut expliquer les résultats moindres des performances féminines : les scores obtenus par les meilleures performers en course de fond sont en effet inférieurs de plus de 10%.

A entraînement égal, les hommes possèdent généralement une consommation maximale d’oxygène supérieure à celle des femmes. Le désavantage des femmes est évident, en plat comme en montée. Trois facteurs l’expliquent :

  1. Les femmes possèdent une masse grasse supérieure : le VO2max rapportée au poids corporel est donc plus faible.
  2. La masse musculaire des femmes est inférieure à celle des hommes : le potentiel oxydatif des muscles (mitochondries, enzymes, capillaires…) est plus faible chez les femmes.
  3.  Les femmes ont une capacité de transport de l’oxygène plus basse que celle des hommes. Leur concentration sanguine en hémoglobine est plus basse

Course à pied : les différences hommes-femmes Net avantage aux hommes sur ce plan.

L’utilisation de la plus grande fraction de VO2max

Aucune différence n’existe entre les hommes et les femmes : elles possèdent des valeurs d’endurance aérobie identiques à celles des hommes. La zone critique qui caractérise le moment où on ne peut plus soutenir longtemps une certaine vitesse apparaît en effet aux mêmes intensités : entre 80 et 85% de VO2max (en fonction de l’Indice d’Endurance).

Il semblerait cependant qu’elles soient un peu meilleures. Les femmes possèderaient une plus forte capacité à oxyder les lipides. Cette meilleure utilisation des substrats énergétiques s’explique car les hommes ont une plus grande capacité glycolytique pour des efforts aux environs de 70% de VO2max). Ils consomment plus de glycogène que de graisses et leurs réserves s’épuisent plus rapidement. Le métabolisme féminin, en disposant d’une quantité inférieure d’enzymes glycolytiques (éléments nécessaires à la dégradation du glucose) privilégiera l’oxydation des graisses, source inépuisable d’énergie

Course à pied : les différences hommes-femmes Petit avantage aux femmes dans ce domaine

Le Coût énergétique de la foulée

Le coût énergétique représente la quantité d’énergie dépensée par unité de distance parcourue. Il dépend de nombreux facteurs : certains sont qualifiés d’externe, d’autres, de mécaniques. Parmi les facteurs mécaniques, celui que l’entraînement développe c’est l’adaptation de la foulée aux contraintes de l’épreuve préparée. En clair, on est plus efficace (et donc plus économique) aux allures que l’on pratique habituellement. D’où cette importance de la vitesse spécifique à l’entraînement. Mais les différences d’adaptation entre hommes et femmes à ce niveau sont inexistantes. Ce n’est donc pas un point qui crée des différences entre les deux sexes

Parmi les facteurs externes, le travail consacré à vaincre la force due à la gravité (le poids étant le principal). Rares sont les hommes qui pèsent moins de 60kg, même parmi l’élite, alors que les femmes descendent allègrement et très souvent sous les 50kg. Les coureuses dépensent donc moins d’énergie pour parcourir une distance donnée.

Course à pied : les différences hommes-femmes Avantage aux femmes sur ce point.

En conclusion, sur le plan des facteurs de la performance, les femmes ont un avantage. De là à dire qu’il comble les infériorités relevées sur le plan physiologiques, il y a un fossé que les résultats en compétition ne nous permettent pas de franchir.

bare bleue La version de la supériorité féminine

 Pourtant, par un effet pendulaire qui n’a rien d’étonnant, on trouve même maintenant des personnes qui prétendent que l'endurance de la femme est supérieure à celle de l'homme. Ils s’appuient sur des arguments que nous allons essayer d’analyser

La femme a plus de réserves de graisses

Ce nouvel avatar « scientiste » est fondé sur une vérité incomplète : le pourcentage de graisse est en moyenne légèrement supérieur dans le corps de la femme (vestige des temps les plus reculés où elle devait faire face à la nécessité de nourrir ses enfants). Elle possède ainsi de plus grandes réserves de lipides, ce carburant de l'effort prolongé. Elle pourrait donc tomber moins souvent « en panne d'essence » et pourrait soutenir plus longtemps que l'homme une grande dépense d'énergie.

Or, on sait que les réserves graisses ne constituent pas un facteur déterminant d'endurance : nous en avons plus que nécessaire. Même le plus maigre des coureurs en a suffisamment en stock pour assurer ses besoins lors d’un marathon et même d’un 100km ou d’un 24h !

Et puis si les réserves adipeuses étaient synonymes d'endurance cela se verrait sur la silhouette des athlètes de haut niveau.

En conclusion : le pourcentage de graisses dans le corps supérieur chez la femme n’est pas un argument valable pour expliquer la réussite dans les épreuves de longues distances.

La femme a plus de facilité à utiliser ses graisses

Un autre argument consiste à dire que l’aptitude à utiliser ces graisses serait plus grande chez la femme. Se pourrait-il alors que les femmes aient plus de facilités à piocher dans leur réserve de graisse ? Si tel était le cas, cet avantage leur permettrait effectivement d'économiser leur stock de glycogène et pourrait expliquer que leur endurance soit meilleure. Ce qui est effectivement important n’est pas d’avoir des stocks adipeux mais d’être capable de les utiliser pour privilégier la filière métabolique des lipides (lipolyse) afin de préserver les stocks de « supercarburant » : le glycogène. Malheureusement, pour les défenseurs de cette hypothèse, les dernières recherches scientifiques ont démontré sans ambiguïté que les femmes utilisent la même proportion de graisse que les hommes : ni plus, ni moins.

En conclusion : la capacité à utiliser les graisses n’est pas supérieure chez la femme. Un autre argument qui n’est pas valable pour expliquer la réussite dans les épreuves de longues distances.

  • Comment expliquer alors que si, du strict point de vue physiologique et à entraînement égal, les femmes sont désavantagées par rapport aux hommes en course de fond, les résultats de marathons, de trails et autres épreuves pédestres attestent que les femmes sont parfois classées devant les messieurs ?
  • Des réponses sont à chercher dans le mental et l’efficacité de la préparation grâce à une application et une implication typiquement féminine.

  • La véritable supériorité des femmes

Un mental et une volonté supérieurs

La femme, en raison de sa place dans la société, supporte avec plus de courage et peut-être plus de résignation les difficultés les plus graves de la vie. Elle est alors capable de plus d'endurance. Elle a une motivation centrée sur elle même et les progrès qu’elle accompli. Ce qui la rend particulièrement sérieuse et persévérante dans la réalisation de son plan d’entraînement ainsi que le jour J.

Je suis bien placé pour le savoir moi qui en 2009 au championnat du monde de 24 heures ait fini premier homme de la sélection masculine française mais 3ème athlète bleu-blanc-rouge derrière deux féminines mieux classées au général. Elles avaient pourtant des performances inférieures à moi dans toutes les autres épreuves de course et un volume d’entraînement moindre.Ce jour là, leur supériorité est venue certainement d’une meilleure gestion de la course et d’une volonté hors norme associée à un courage bien au dessus de la moyenne. Mais il serait réducteur de penser que leurs seuls atouts résident dans ces qualités.

bare bleue

Une raison physiologique

Une explication physiologique explique les bonnes performances féminines dans les ultra-trails (Mont-Blanc, île de la Réunion) et longues distances (Badwater, 24h) où il arrive que, confrontés aux hommes , elles jouent parfois le podium. Etant plus légères et moins exposées aux dommages musculaires induits par la course en dénivelé, cela permet aux femmes d’être aussi rapides que les hommes en ultra-trail, dans les épreuves où cet aspect constitue un facteur limitant important.

En effet, il n’est pas rare que les meilleures athlètes féminines viennent bousculer la hiérarchie masculine en course de montagne, mais aussi sur le plat. Un paramètre l’explique : le rapport poids/puissance.

Les excellentes performances (supérieures à celles de beaucoup d’hommes) de certaines athlètes féminines en course en montagne (vitesse moyenne de course) sont le fruit d’un rapport poids/puissance favorable, qui s’explique par un poids corporel inférieur.

Conclusion : Loin du marathon de Boston (il y a moins de 50 ans pourtant) les femmes montrent aujourd’hui qu’elles peuvent rivaliser avec les hommes. Peu importe qu’elles soient inférieures ou supérieures, et sur quel plan (j’espère que cet article a levé le voile sur certains points). Peu importe aussi d’ailleurs qu’elles battent les records masculins d’il y a 50 ans. Quelle curieuse idée d’ailleurs de comparer Paula Radcliffe à Mimoun ou Zatopek. Ce qui importe c’est qu’on leur laisse, avec leurs qualités physiques propres, toutes les possibilités de s’exprimer en totale liberté avec tous les droits attribués aux hommes. Et que le terrain livre son résultat.

Source Brunoheubi.com

 

Repost 0
Published by Vincent - dans Course
commenter cet article
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 21:55

Gagner le plus de grammes possibles dans l’équipement, avoir la chaussure la mieux adaptée au terrain, avoir le sac le plus « intelligent », le cardio ou gps le plus précis devient un objectif principal pour beaucoup de coureurs dans le but d’être toujours mieux classé, mieux performant.
Pourtant,

Dans un marché très concurrentiel mais au sein duquel le coureur à pied est souvent perçu comme une vache à lait, les marques font preuve d’un marketing très agressif pour placer leurs produits.

Elles montent des Team avec les plus grands, multiplient les produits (comme les paires de chaussure) et achètent un nombre incroyable d’espaces publicitaires (dans les courses, sur le net et surtout dans les revues).

Ultrafondu faisait un comparataif entre le prix dépensé par une joggeuse du dimanche qui fait des petites courses, une ultra-traileuse et une ultra-traileuse geek (qui aime la mode et les trucs les plus chers). Pour une tenue (oui, oui, une seule) on a respectivement 215, 565 et 1415 euros… On pense qu’on nous pousse à acheter plusieurs tenues de sport et plusieurs types de chaussures pour tous les terrains possibles et imaginables : piste, entraînement route, compétition route, trail terrain sec, trail terrain rocailleux, trail terrain boueux, dynamique pour trail court…et puis tant qu’à faire une paire de Hoka pour « quand on a mal au dos »…

Mais si tout cela ne faisait pas tout, voire rien du tout, pour le coureur moyen qui ne joue pas les podiums ?

Deux choses vont rentrer en compte pour progresser : un entraînement structuré et une alimentation adéquate.

On peut avoir le meilleur matériel du monde mais si sa vma plafonne par manque de séances de vitesse on ne progressera pas, il faut en être persuadé.

Faites le test : gardez votre équipement, prenez un plan d’entraînement (au pire) ou un coach (au mieux). Le coach revient cher mais peut être moins que 3 paires de chaussures dans la marque du Team de K. Jornet et regardez votre progression.

Un entraînement structuré avec, en gros, 70 à 80 % d’endurance, 15 à 20 % de seuil et le reste en vma (cas générique) permet d’exploser ses chronos plutôt que de faire que des sorties longues (ou courtes) à la même vitesse…N’oublions pas que ce n’est pas le kilométrage total qui fait la progression.

Quant à la nutrition si elle est adaptée à la pratique du sport, elle permettra de faire gagner ces grammes que l’on chercher à perdre en achetant ce matériel de plus en plus léger (et de plus en plus cher) sans avoir de carences nutritionnelles.

1 à 2 kilos de gagné sur son poids de corps contre 50 grammes sur un produit. Faites le calcul !

Repost 0
Published by Vincent - dans Course
commenter cet article
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 12:33

Photo-Depart.jpg

Vincent Lauvergne, Matthieu Tharion et Manuel Barreira au départ de la 28ème Montée du Poupet.

1ère expérience pour Matthieu sur les pentes du poupet.

Après un départ peut être trop rapide pour moi, je m'éfforça de maintenir mon allure mais une douleur au genoux me gêna dans la descente.

Hélas, une erreur se glissa dans le classement me créditant d'un temps d'1h19'58" au lieu d'1h23'43".

Ce qui me fait échouer à 6 places du top 100, ce qui en soit est déjà une belle performance pour moi.

Repost 0
Published by Vincent - dans Course
commenter cet article
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 11:47

Lors de notre ballade sur la Voie Romaine entre Sombernon et Alésia, nous apprenons qu'un nouveau projet de construction de circuit auto - moto est en train de naître sur les communes de Villy en Auxois et Villeberny.

Je n'ai absolument rien contre les sports mécaniques, mais il me semble être de mon devoir de réagir et de laisser un peu la part belle à la nature.

Réagisons pour que ce projet ne se finalise pas.

Nous, soucieux de préserver l'environnement, le patrimoine et le bien vivre en Auxois, nous opposons à la création d'une piste privée d'essai automobile sur les communes de Villy-en-Auxois et Villeberny (Côte d'or) qui fait craindre la création ultérieure d'un circuit automobile. Le déboisement de la zone a déjà été effectué ! Il est temps d'agir. Cette piste, d'une grandeur équivalente à celle du circuit de Prenois, est contraire au développement touristique de la région et nuirait gravement aux intérêts de l'Auxois et de ses habitants. Les lieux sont classés en zone Natura 2000 et longent la voie romaine Alésia Sombernon qui a bénéficié de fonds publics. Les nuisances liées à ce projet seraient de tous ordres (bruit, pollution de l'air, dégradation réseau routier, risques sur la faune, la flore...). Nous soutenons l'action de l'association Sentinelles de l'Auxois et demandons aux élus de notre région de faire connaître leur sentiment face à ce projet.

Alors faite comme moi et signé la pétition: http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=Sentinel 

Repost 0
Published by Vincent - dans Course
commenter cet article
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 11:24

Première édition de la Voie Romaine organisé par le soutien logistique du Duc.

Belle ballade de 34 km sur route et sentier entre Sombernon et Alésia.

Parti au départ avec mon ami Reynald pour un aller retour, Sombernon - Alésia - Sombernon.

Le choix se posa à nous après 4 km.

Un départ rapide du groupe de tête composé de 6 à 8 personnes dont Benoit Augueux, vainqueur de cette édition en 2h18' suivi d'un groupe de 10 poursuivants dont Amandine Roux (1ère Fémine).

Et nous à 100m, nous retournant, nous ne voyons plus personne.Que faire?

Vu-sur-la-Voie-Romaine.JPG

Nous essayons de recoller au petite groupe devant nous afin de se protéger du vent dans un 1er temps. Mais passé le 12ème km, nous prenons la décisions de ralentir (Je commençais à ressentir quelques contractures du week end précédent) et Reynald était un peu en manque d'entraînement.

Finalement, nous terminons 26 et 27ème sur 77 concurrents en 3h05 et 3h07 pour un peu plus de 35 km.

Je remercie toutes les personnes sur le bord des routes qui nous ont encouragé.

Repost 0
Published by Vincent - dans Course
commenter cet article
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 11:11

Après un week end Toulousain avec une chaleur accablante la samedi après midi et le froid de la nuit du samedi au dimanche.

Mal grès une préparation en 9 semaines que je juge avec le recul avoir été correct, je réussis à me mettre de suite dans le rythme entre 8 et 7,5 km/h.

Les heures passent, les kms augmentent, on se lie d'amitié avec les concurrents et le team de l'organisation. La concentration demeure, et après 14 heures de course, je ne ressens pas la moindre fatigue.

M'en reste encore 10 à tenir et je m'approcherais sans doute des 150 km.

Seulement, si la mécanique suivi, c'était sans compter une rage de dent au 85ème km. Je prie 2 cachets pour estomper la douleur, mais je ne réussi pas à la faire passer, sans compter que je perdis toute concentration.

24eme-heure2.JPGFinalement, je retrouva un peu le mental sur le matin, en voulant aider une nouvelle amie à accomplir son objectif.

Nous réussisâmes ensemble à lui faire franchir la barre des 110 km tandis que je resta un peu en retrait avec 108,916 km.

Je tenais à remercier Daniel, Manu, Jean Marc pour leur encouragement ainsi que Christophe qui me suivait sur le live.

Repost 0
Published by Vincent - dans Course
commenter cet article
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 16:28

Courses-2012-0905.JPGCeux-ci étant bien loin d'être mon point fort, distance trop courte pour un Ultra Runner comme moi. Au départ, mon seul objectif était d'éviter de me prendre un tour par les premiers.

Sur des boucles de 2 km, ce n'était pas si évident. Ensuite, quand j'ai appris que Romain allait courir, je décida de lui servir de lièvre et de le placer sur orbite.

Chose pas aisé quand on sait que sa VMA est de 19,5 km/h et que la mienne frôle les 15,5 km/h.

Mon expérience devra être mon point fort, ne pouvant compter sur ma vitesse.

Départ donné à 14h45 précise, et la victoire de notre jeune Cadette, Championne de Côte d'Or nous redonne du courage même si l'absence de Raphael Béné prive certainement nos vétérans du titre de Champion de Côte d'or par équipe.

Finalement, double ojectifs remplis, nous évitons de justesse de prendre 1 tour, et je réussis tant bien que mal à aider Romain sur les 3 premières boucles.

Le 29 janvier, pour les Régionaux, l'histoire sera tout autre, car le parcours sera trop plat pour pouvoir résister au retour de la meute.

Dès le 1er février, je pourrais serainement penser à ma préparation pour les 24 heures du Confluent le 31 Mars prochain ainsi que les Championnats du Monde de 100 km à Milan, le 22 Avril.

 

Repost 0
Published by Vincent - dans Course
commenter cet article
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 16:17

Un bon finish, c'est tout aussi important.

Repost 0
Published by Vincent - dans Course
commenter cet article